Entreprendre à Hong Kong

Faut-il entreprendre à Hong Kong ?

Types de société à Hong Kong : Ltd La forme de société la plus utilisée à Hong Kong par les entrepreneurs est la « private company limited by shares ». Cette société est reconnaissable grâce à la terminaison de sa raison sociale, munie de la mention « Limited » ou « Ltd ». Ce statut est l’équivalent de la compagnie à responsabilité restreinte française. NnLes mauvaises surprises de cette forme de société sont : nn Un nombre d’actionnaires compris entre 1 et 50, n La limitation du transfert des parts sociales, n L’interdiction de solliciter l’epargne public, n Une responsabilité restreinte au montant des parts souscrites.

hong kong photo

Il faut savoir que Hong Kong se situe à la 4ème place internationale parmi les pays receveurs d’investissements directs ( IDE ) en 2015, après les states, le Royaume-Uni la Chine. NLe impératif social requis à Hong Kong est beaucoup plus petit que dans la majorité des pays ( seulement dix-mille HKD ). NVous pouvez contrôler votre entreprise depuis tout autre pays du monde ( si vous ne résidez pas à Hong Kong, une agence peut communiquer une secrétaire et une adresse de bureau à Hong Kong pour environ 5-6 000 HKD annuellement ). NHong Kong est un important centre bancaire et, quand vous y aurez incorporé votre entreprise, vous pourrez ouvrir un compte bancaire multidevises ( avec e-Banking ) auprès d’une banque acceptée mondialement comme HSBC ou Hang Seng Bank. C’est une caractéristique clé si vous prévoyez de réaliser des affaires sur la planète entier. NHong Kong est la meilleure porte plutôt vers la Chine continentale, et l’Accord de partenariat économique plus étroit ( CEPA ) offre à Hong Kong des atouts complémentaires et exclusifs sur l’accès au marché continental. Donc, si vous prévoyez de faire affaire avec un partenaire asiatiques, avoir une entreprise à Hong Kong peut être votre meilleur pari, surtout s’il s’agit de profiter de l’argent de votre partenaire d’affaires asiatiques. NMême si Hong Kong est, d’un positionnement politique, une province de la République fun de Chine, son système juridique est différent de celui de la Chine continentale, la common law britanique l’emporte.

L’attractivité du marché d’asie ainsi que les dispositions fiscales et juridiques mises en place à Hong Kong pour les entrepreneurs vous intéressent beaucoup. Hong Kong s’avère être un territoire de choix pour lancer sa société offshore. NCependant, vous vous posez encore beaucoup de questions. Notamment sur les démarches bureautiques à respecter pour la création d’une société HK. Vous aimeriez aussi avoir une idée du coût afin d’anticiper les dépenses. Vous vous questionnez aussi sans doute sur l’ouverture du compte bancaire à Hong Kong : est-il obligatoire ? Les montages financiers sont-ils possibilités ?

La nomination de l’entreprise est une procédure pouvant être faite en ligne. Elle se résume à réaliser la demande d’un nom de sociétés auprès du Registre des compagnies. Suite à l’approbation du nom choisi, l’établissement délivre une attestation d’incorporation. NnCette procédure doit être accomplie par le fondateur de l’entreprise. Le dossier doit être constitué du questionnaire d’incorporation, d’une copie des statuts de la compagnie et du questionnaire IRBR1 ( Notice to Business Registration Office ) ou son dérivé, en fonction de la forme juridique de l’entreprise. Si la procédure est faite en ligne, le certificat d’incorporation et le certificat d’enregistrement de société sera téléchargeable en version électronique en l’espace d’une journée.

hong kong photo

Malgré sa faible taille, Hong Kong se classe onzième sur la planète en espace des opérations bancaires. Les sociétés enregistrées à Hong Kong peuvent demander un compte bancaire dans la juridiction mais la présence réel de tous les dirigeants de la compagnie est indispensable. D’un autre côté, selon le cas, il doit communiquer la preuve que l’entreprise mène des activités commerciales dans la région ou en thailande, et il y a des restrictions sur le type d’activité pour être accepté dans l’une des banques du pays. De même, les sociétés de Hong Kong peuvent ouvrir des comptes bancaires dans de nombreux autres pays, étant essentiel à cet égard à la renommée de le centre financier.

Les politiques actuelles ont tendance à diminuer les impôts des contribuables qui ont de faibles revenus. Mais pourquoi ne le font-ils pas aussi pour les entrepreneurs ? NDébut de réponse : nos dirigeants sont incompétents et n’en ont rien à cirer de nous…nUn auto-entrepreneur qui gagne un SMIC va payer environ 6000-7000 € annuellement, en fonction de ses paiement. Pour un commerçant smicard en EURL, cela peut avoisiner 10. 000 €, et même plus ! NnL’impôt des entrepreneurs en France est injuste. Il représente un frein pour notre croissance et dans certains cas intoxicaton aux gaz tellement qu’il amène au dépôt de bilan. Alors quoi de plus normal pour un commerçant que de êtes à la recherche de solutions à l’étranger ? Nous sommes de plus en plus à y réfléchir.

Il n’y a aucune taxe ni impôt sur les gains en impératif, les dividendes ou les applications à Hong Kong. Par ailleurs, le rapatriement des bénéfices, des dividendes et des plus-values n’est pas imposé. NnOn dénombre aujourd’hui un total de 18 conventions fiscales signées par Hong Kong avec notamment la France, la Belgique, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Irlande, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Autriche, la Hongrie, la Chine, le Japon, la Thaïlande et la Vietnam. Les conventions en attente plutôt en vigueur sont celles avec la Suisse, la Portugal, Malte, le Koweït et Jersey. Pour terminer, les conventions en cours de négociation sont celles avec la Finlande, l’Inde et le Guernesey. Les conventions fiscales permettent d’éviter la situation de double imposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*